REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

logo

etxelagun

DERNIÈRES NOUVELLES.

L’Assemblée Plénière du Conseil Municipal d’Hernani exige la fin de la dispersion à l’unanimité

ETXERAT. L’Assemblée Plénière du Conseil Municipal d’Hernani a adopté à l’unanimité (avec les voix du PNV, d’EH Bildu, d’Orain Hernani et du PSE-EE) une motion exigeant la désactivation immédiate de la politique de dispersion et d’éloignement des prisonnier-e-s politiques basques, après l’accident subi le 3 juin dernier par des amis du prisonnier Asier Ormazabal.

L’Assemblée a exigé que les droits de tous soient respectés face au châtiment ajouté que représentent la dispersion et l’éloignement pour les familles et amis de prisonniers basques. Elle a également exprimé son inquiétude quant à l’accident relativement grave subi par les amis du prisonnier d’Hernani Asier Ormazabal.

De plus, l’accord municipal prévoit de transmettre ces demandes au gouvernement espagnol, ainsi qu’à l’opinion publique. Le Conseil Municipal d’Hernani considère que la dispersion n’a aucun sens aujourd’hui. « Cette mesure affecte directement les familles et amis des prisonnier-e-s. La dispersion est un châtiment inutile », selon le groupe municipal.

Le maintien de la politique de dispersion a déjà causé 6 accidents cette année, ajoute l’accord. La Mairie d’Hernani appelle à participer au rassemblement organisé par Hernaniko Senideak pour dénoncer cet accident aujourd’hui mercredi 21 juin, à 20h, place Gudari.

Etxerat

Le monolithe qui reconnaît Karmele Solaguren comme victime de la dispersion sera inauguré le 24 juin

ETXERAT. Etxerat appelle à participer à l’inauguration du monolithe qui reconnaîtra Karmele Solaguren comme victime de la dispersion. Cet événement est organisé par l’initiative populaire Karmele Gogoan et sera célébré le 24 juin prochain à midi, avenue d’Iruña à Barañain.

La politique de dispersion a pris la vie de Karmele Solaguren le 6 décembre 2004. Ce jour-là, Karmele, en compagnie de son mari José Luis Guerra, allait rendre visite à son fils Ekain, incarcéré à Alcala-Meco, à 400 km de chez eux. Alors qu’ils tentaient de porter secours un véhicule accidenté aux environs de Norviecas, en Soria, une autre voiture les a fauchés sur le bord de la route. Karmele a été tuée et son mari gravement blessé.

L’initiative populaire Karmele Gogoan considère que la reconnaissance de ce cas a déjà 12 ans de retard, et Etxerat partage cette analyse. Karmele Solaguren est l’une des victimes mortelles d’une politique qui a gravement violé les droits essentiels des prisonniers et de leurs familles et amis, et qui continue de le faire. Où est la reconnaissance de la souffrance de ces 16 familles de victimes mortelles provoquées par la politique de dispersion, alors que celle-ci continue de porter gravement atteinte aux droits de nos parents et amis emprisonnés et aux nôtres ? Cette mesure d’exception que nous subissons dans notre chair va plus loin qu’une condamnation à vie, comme le montre le fait que Karmele Solaguren et les 15 autres personnes tuées par la politique de dispersion n’ont pas encore été reconnues.

 

Etxerat

80.000 signatures dans le monde du travail pour demander le retour chez eux des prisonniers et exilés basques

Voici les déclarations faites par Etxerat lors du meeting final de l’initiative Ireki aujourd’hui à Gasteiz :

ETXERAT. Un grand merci à tous. Un grand merci à vous tous qui êtes réunis aujourd’hui à Gasteiz. Au nom d’Etxerat, un grand merci pour avoir mené la dynamique commencée à l’automne dernier à la belle photo d’aujourd’hui.

Car il s’agit du chemin qui nous permettrait d’en finir une fois pour toutes avec la politique pénitentiaire d’exception. Pour enfin rendre concret le NON donné depuis longtemps par la société basque à la politique de dispersion et d’éloignement, nous devons tous travailler dans la voie du consensus. Et vous, les travailleurs, vous l’avez compris et mis en pratique. D’usine en atelier, vous avez réuni des milliers de signatures pour le retour chez eux des prisonniers et exilés basques, montrant une fois de plus l’immense capacité dont le monde ouvrier a toujours fait preuve dans l’histoire. L’engagement que vous avez montré mérite d’être salué et applaudi.

Cela fait déjà 28 ans que la dispersion est appliquée de façon générale et systématique aux prisonniers politiques basques. Cela fait déjà cinq ans et demi qu’ETA a annoncé son cessez-le-feu définitif et deux mois sont passés depuis son désarmement. Il n’y a pourtant eu aucun changement dans la politique pénitentiaire. Nous pouvons dire qu’elle est toujours en vigueur dans les mêmes paramètres de châtiment ajouté et de souffrance, dans certains cas menés à l’extrême. La volonté déclarée du gouvernement espagnol, avec la complicité du gouvernement français, est que cette politique d’exception se perpétue encore, prolongeant indéfiniment la violation de droits essentiels.

À l’automne dernier, nous avons pris des chemins différents, mais tous dans la même direction. Aujourd’hui, nous pouvons observer dans les rues de Gasteiz le résultat de l’initiative Ireki. Etxerat, pour sa part, s’est réunie avec différents acteurs politiques, syndicaux et sociaux dans l’objectif d’unir les efforts de tous pour en finir avec la dispersion et obtenir la libération des prisonniers gravement malades.

Pour concrétiser la volonté d’une large majorité d’en finir avec la politique de dispersion, chacun dans son domaine, nous avons proposé travail et engagement. Comme la société basque le demande depuis longtemps, nous travaillons à la recherche d’un Accord Social qui puisse surmonter les distances et les différences de point de vue entre les partis politiques, les syndicats et les différents acteurs.

Car c’est avec ce type d’accord que nous gagnerons. Et c’est justement ce que la dynamique Ireki montre aujourd’hui, surmontant le blocage, avec la signature et l’engagement de milliers de travailleurs pour le retour chez eux des prisonniers et des exilés basque et pour en finir avec la souffrance des familles et amis. À nous tous, nous y arriverons !

Nous les voulons vivants et à la maison !

Etxerat

Le prisonnier politique basque Ruben Rivero Campo libéré

ETXERAT. Le prisonnier politique basque Ruben Rivero Campo libéré de Mont-de-Marsan après 5 ans et demi de prison #UnDeMoins #Liberté !

Etx

Arturo Villanueva et Alejo Moreno en liberté après treize ans d’exil

ETXERAT. Après plus de treize ans d’exil, Arturo Villanueva d’Irun et Alejo Moreno de Gasteiz ont été laissés en liberté après s’être présentés aujourd’hui à l’Audience Nationale espagnole. Bienvenue à tous les deux ! Deux de moins !

Etxerat

ARABA
Gasteiz
Kutxa kalea 7
Tel. 945 123 238
C.P. 01012   Gasteiz

GIPUZKOA
Hernani
Perkaiztegi Kalea 11/13
Tel: 943 335 900
C.P. 20120  Hernani

NAFARROA
Iruñea
Nabarreria kalea 15 2º Ezk
Tel: 948 227 054
C.P. 31001  Iruña

Asistencia Familiares y Amigos
Estado Español
943 335 900
Estado Francés
943 333 061
Coordinación
943 335 044
Casino sites http://gbetting.co.uk/casino with welcome bonuses.